Croiser, pourquoi d’un seul côté?

Combien peuvent répondre au guidage d’un homme un peu créatif qui déciderait de guider 2 croisés (même « habituels », avec le pied gauche devant le pied droit). Certaines, mais pas beaucoup.

Combien de femmes, mêmes expérimentés, sont capables de faire un croisé « à l’envers », c’est à dire avec le pied droit devant le pied gauche?

Hors des cours d’Ernesto et Norma en Argentine, où j’ai été sensibilisé à ce sujet, je compte sur les doigts d’une main dont le poing est fermé le nombre de femmes que j’ai réussi à surprendre de cette manière avec succès, à la première tentative.

Certaines vont même jusqu’à dire « qu’on ne croise pas dans ce sens »… D’autres, même une fois le sujet expliqué, vont voir avec étonnement leur corps ne pas répondre au guidage, preuve du formattage qu’il a subi durant tout l’apprentissage du tango.

Car si le corps ne suit pas, comme si le mouvement était impossible, c’est bien parce que le mental rentre en ligne de compte, la tête s’incrustant comme intermédiaire dans le guidage. La transmission d’informations dans le tango devrait se dérouler de corps à corps sans aucune aide, inhibition ou barrière imposée par notre esprit. Or les schémas d’apprentissage tendent à nous conditionner au contraire.

Certaines mauvaises langues pourraient argumenter que c’est parce que je ne sais pas guider le croisé du côté alternatif, en tout cas pas aussi bien que du côté habituel. Ce qui est en partie vrai, car dû à un bel exemple de cercle vicieux. Ce n’est pas un pas que je guide souvent, vu qu’il est souvent incompris, et l’idée n’est pas de commencer un cours au milieu de la milonga. Je vais peut-être essayer une fois, et devant l’échec, revenir à un terrain plus connu. Donc de facto, je ne le fais jamais ou presque.

Quand je me souviens que certains professeurs m’ont dit que le croisé de la femme devait être fait automatiquement au 5ème pas, qu’il n’y avait pas besoin de le guider! Quel bel exemple de formattage…

Certes, l’abrazo n’est pas symétrique, donc certains mouvements sont parfois plus difficiles à guider d’un côté que de l’autre. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas tenter un croisé de l’autre côté, un tour dans l’autre sens, de démarrer avec l’autre jambe… Avez-vous déjà essayé de guider que le premier pas de la femme soit en avant avec son pied gauche? Bonne chance… En général ce sera toujours son pied droit qui partira, malgré tous vos efforts!

Sortez donc des schémas établis et essayez de varier ces choses simples auxquelles on ne pense pas, la prochaine fois que vous pratiquez.

Je termine ce billet en me relisant pour être sûr qu’il sera bien interprété. Il est évident que je ne pointe pas le doigt sur la femme ou son rôle dans la danse, mais sur une méthode d’apprentissage qui parfois crée des automatismes dont il est difficile de se défaire par la suite.

~ par jononline sur 14/03/2009.

Une Réponse to “Croiser, pourquoi d’un seul côté?”

  1. […] et développe des anticipations et des asymétries parfaitement évitables. Comme par exemple la question du croisé, systématiquement un seul à la fois, et du même côté. Ou encore, le fait que la femme soit […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :